Deux régions aux populations comparables, en forte croissance

Canal du midi

Deux régions aux populations comparables, en forte croissance

Carte démographie - WD FusionVoir l'image en grand

Près de 3 millions d’habitants chacune

2,758 millions de personnes habitent en Languedoc-Roussillon et 2,967 millions en Midi-Pyrénées selon les données Insee les plus récentes¹. Leur addition- plus de 5,724 millions d’habitants – fera de l’ensemble la 5e région la plus peuplée de France en janvier 2016. Deux des 13 départements dépassent aujourd’hui le million d’habitants : la Haute-Garonne(1,312 million) et l’Hérault (1,108 million). La Lozère est de loin le département le moins peuplé de France (76 543 habitants).

¹ Estimations Insee au 1er janvier 2014,publiées le 12 janvier 2015.

Les croissances les plus fortes de France

Languedoc-Roussillon (+ 1,1 %) et Midi-Pyrénées (+ 0,8 %) enregistrent les croissances de population les plus hautes de France, après la Corse. L’ensemble a gagné 51 100 habitants par an (27 900 en Languedoc-Roussillon) entre 2007 et 2012.

L’Hérault et le Tarn-et-Garonne affichent un taux de croissance “ record ” : +1,3 % par an de 2007 à 2012. La Haute-Garonne est tout près, avec 1,2 %. Le Gard gagne 1 % par an, l’Aude et les Pyrénées-Orientales 0,9 %. Aucun des 13 départements n’a perdu d’habitants sur la période (les autres se situent entre 0 et 0,6 %).

Le soleil du Sud attire...

Les migrations de populations venant d’autres régions françaises poussent la croissance du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. Un solde migratoire positif total de 40 400personnes (dont 23 000 en Languedoc-Roussillon) les a enrichies chaque année entre 2007 et 2012. Cet excédent est le plus grand de France en valeur, le 2e derrière la Corse en pourcentage. Le solde naturel (naissances / décès) est aussi positif : de10 700 personnes par an sur l’ensemble des deux régions, dont près de 5 000 en Languedoc-Roussillon.

Un fort étalement urbain

L’aire urbaine de Toulouse, 4e de France avec 1,250 million d'habitants, s’étale sur six départements et concentre deux tiers de la croissance de Midi-Pyrénées. En Languedoc-Roussillon, tout le collier des aires urbaines du littoral profite de l’essor démographique.

Si Toulouse (453 300 habitants) devance Montpellier (268 500),cette dernière progresse plus vite (+1,1 %par an / 0,6 %). Ce sont les grandes villes de France les plus en croissance depuis... 50 ans : 2 900 habitants par an pour Montpellier et 2 800 pour Toulouse. Les suivent Nîmes (146 700 habitants), Perpignan (120 500), Béziers (73 000), Montauban (56 900), Narbonne (51 900) et Albi (49 200).

Insee, populations municipales légales 2012.

Des habitants un peu plus âgés qu'en moyenne française

Plus de 23 % des habitants de Languedoc-Roussillon ont moins de 20 ans, 57 % affichent de 20 à 64 ans et près de 20 % ont franchi le cap des 65 ans. Les proportions sont très voisines en Midi-Pyrénées¹. L’ensemble constitué par les deux régions² a un « profil » un peu plus âgé que la France : les moins de 20 ans y sont moins nombreux (24,4 % en métropole) au contraire des « seniors » de plus de 65 ans, plus nombreux (17,2 % en métropole).

¹ Au 1er janvier 2011.
² Insee Flash n° 9, janvier 2015.

Combien serons-nous en 2040 ?

L’Insee travaille sur plusieurs scénarios pour estimer les futures croissances de population. Ces scénarios font varier les migrations, la fécondité et la mortalité.
Dans le scénario « central » où les migrations vers le Sud se tassent¹, le Languedoc-Roussillon atteindrait près de 3,3 millions d'habitants en 2040. Midi-Pyrénées aurait près de 3,6 millions d’habitants. Les deux régions restent celles aux croissances les plus fortes de métropole, dans une France à 73,2 millions d’habitants.

¹ Insee, La population des régions en 2040 (publication : décembre 2010).

3 QUESTIONS À… Francis Vennat, directeur de l’Insee Languedoc-Roussillon.

« Des régions très attractives »

Francis VennatL'Accent du Sud : Comment évoluent les populations des deux régions ?
Francis Vennat : Les dynamiques démographiques sont très fortes. La population du Languedoc-Roussillon a augmenté de 1,1 % et 27 900 habitants par an entre 2007 et 2012, le double du rythme national. Celle de Midi-Pyrénées a augmenté de 0,8 % et 23 200 habitants par an.

L'Accent du Sud : Comment s'expliquent ces croissances ?
Francis Vennat : D’abord l’attractivité des deux régions. Le solde migratoire positif, c’est-à-dire l’arrivée de populations d’autres régions, explique à 80 % l’augmentation. Ensuite, les naissances sont supérieures aux décès. L’Insee note quelques différences sur le solde migratoire : plus fort en Languedoc-Roussillon, il y est positif pour tous les âges sauf pour les 18 ans, ce qui peut correspondre aux affectations post-bac, et pour les 23-29 ans, en recherche du premier emploi. En Midi-Pyrénées, le solde est fortement positif pour les jeunes adultes, signe peut-être d'une attractivité universitaire plus forte et d'une meilleure insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il l’est moins pour les jeunes retraités.

L'Accent du SudOù s'installent les nouveaux habitants ?
Francis Vennat : Deux habitants sur trois vivent déjà dans les aires urbaines. L’aire urbaine de Toulouse concentre 43 % des habitants de Midi-Pyrénées et elle contribue pour 63 % au dynamisme démographique. C'est moins concentré en Languedoc-Roussillon : l’aire urbaine de Montpellier contient 21 % de la population et apporte 23 % de la croissance démographique.

+ d'INFOS :

www.insee.fr