Le Languedoc-Roussillon dans le top 5 chinois

Sud de France

Le Languedoc-Roussillon dans le top 5 chinois

Elite-Traveler 2eme éditionVoir l'image en grand Ouverture du dossier consacré au Languedoc-Roussillon par le magazine de tourisme chinois "Elite Traveler"

Clientèle en pleine croissance, les touristes chinois sont de plus en plus nombreux en Languedoc-Roussillon. Une opportunité de développement pour les entreprises régionales sur laquelle la Maison de la Région à Shanghai travaille d'arrache-pied.

Près du tiers des touristes en Languedoc-Roussillon viennent de l'étranger. Hollande, Allemagne, Belgique, Suisse, Espagne ou encore Italie, la clientèle européenne tient le haut du pavé, suivie, bien plus loin, par des visiteurs venus des États-Unis, d'Australie, d'Amérique centrale et du Sud. Des clientèles stables, qui dépensent en moyenne un peu plus de cinquante euros par jour sur le territoire. Nouveauté, toutefois, depuis quelques années, les visiteurs chinois s'intéressent de très près au Languedoc-Roussillon. En 2014, 30 000 d'entre eux ont choisi de découvrir la région, la hissant dans le top 5 de leurs destinations favorites, après la Côte d'Azur, les châteaux de la Loire, Chamonix et Bordeaux.

« Pour les Chinois, notre région est un paradis, explique Baptiste Li, responsable de la promotion de la destination à la Maison de la Région à Shanghai. C'est une région ensoleillée, avec une grande variété de cultures, de reliefs, un pays d'art et d'histoire. » Les touristes venus de l'Empire du Milieu sont aujourd'hui de plus en plus nombreux. Visa simplifié, hausse du niveau de vie et congés payés, la demande est de plus en plus forte. « Et ce ne sont pas des nouveaux riches, qui recherchent le bling-bling, précise Baptiste Li. Ils veulent des circuits d'origine, ils commencent à adopter la même façon de voyager que les Européens. » Comprendre : prendre plus de temps, faire plus d'étapes, profiter de l'art de vivre local. « Avant, ces touristes ne s'arrêtaient par en Languedoc-Roussillon, témoigne Leslie Ehrmann, fondatrice et gérante de Lou Gard Tour, agence réceptive basée à Uzès. Ils faisaient la France en quatre jours ou deux pays en douze. Aujourd'hui, ils commencent à en avoir marre des grandes villes et ils craignent pour leur sécurité. »

C'est donc le bon moment et le Languedoc-Roussillon est le bon produit. Encore faut-il que l'offre rencontre la demande. C'est précisément ce sur quoi travaille Baptiste Li, à la Maison de la Région à Shanghai. Après avoir œuvré pendant dix ans pour un grand tour-opérateur d'État chinois, il met depuis quelques années son expérience, sa connaissance de son pays et sa passion pour le Languedoc-Roussillon au service de la promotion de la destination Sud de France (lire ci-dessous). « La Chine, c'est un travail de longue haleine, commente Leslie Ehrmann, il faut être réactif, les Chinois négocient beaucoup, c'est vraiment du boulot. J'ai travaillé un an sur la destination avec Baptiste sans aboutir. Mais aujourd'hui, j'ai une bonne quinzaine de circuits avec des tour-opérateurs chinois ! »

Focus

Baptiste Li

Un passionné en charge de la promotion

Pour des Chinois, comme pour beaucoup d'étrangers, « Sud de France » est bien plus facile à prononcer que « Languedoc-Roussillon ». Mais sans tout le travail effectué par la Maison de la Région à Shanghai, et en particulier celui de Baptiste Li, Sud de France n'aurait pas convaincu autant de touristes et tour-opérateurs chinois.

Passionné par le Languedoc-Roussillon, Baptiste a choisi de partager cet engouement avec ses compatriotes pour « accompagner le changement d'atmosphère » qui s'opère à l'heure actuelle dans son pays. Les Chinois découvrent une autre façon de voyager, Baptiste leur propose précisément ce qu'ils cherchent : un art de vivre, une destination authentique, des circuits « d'origine ».

« Nous travaillons avec des tour-opérateurs de qualité et une clientèle plutôt haut de gamme, explique le jeune homme. Nous faisons beaucoup de démarchage auprès des professionnels et de la presse, nous leur faisons connaître la destination et nous faisons le lien avec les agences en Languedoc-Roussillon. » Il programme ainsi une vingtaine d'opérations de promotion par an, à la Maison de la Région ou au plus près d'une clientèle potentielle, dans les centres d'affaires. En synergie avec la filière vin, il organise notamment des présentations dégustations, pour lier territoire, culture et produits régionaux. Baptiste collabore aussi régulièrement avec la presse touristique pour des reportages sur le Languedoc-Roussillon, comme avec Travel Info (PDF), magazine adossé au tour-opérateur My Vacation, ou Elite Traveler (PDF).

 

Ancien agent d'un des plus grands tour-opérateurs d’État chinois, Baptiste a aussi les connaissances de son pays et l'oreille de ses interlocuteurs, avec lesquels il a gardé de bonnes relations. Il connaît leurs attentes, leur fournit renseignements et documentation et assure le contact avec les agences françaises. Sans oublier le travail de traduction. « Les Chinois parlent mal anglais, ils ont plus confiance en moi », confie le jeune homme. Surtout, Baptiste sait que c'est aujourd'hui que tout se joue. « Il y a trente ans, il n'y avait pas de voiture individuelle en Chine. C'est aujourd'hui le premier marché automobile. La première ligne de métro à Shanghai a été mise en service en 1993. Nous en avons maintenant quatorze.Tout est arrivé tard en Chine, mais tout arrive très vite ! »

Témoignage

Leslie Ehrmann

Leslie Ehrmann, fondatrice et gérante de Lou Gard Tour, agence réceptive basée à Uzès

« La clientèle chinoise veut de l'authenticité »

« Lou Gard Tour est une agence réceptive, qui prend en charge les touristes de leur arrivée à l'aéroport à leur départ. Nous proposons des circuits sur-mesure, pour des petits groupes de vingt personnes maximum. Et s'il y a encore trois ans, les Chinois ne s'arrêtaient pas dans notre région, ils passent aujourd'hui trois voire quatre nuit en Languedoc-Roussillon pour découvrir notre art de vivre. Mais ils ne veulent pas visiter que des monuments. Ils aiment les dégustations d'huîtres et les balades sur l'étang de Thau, les descentes en canoë et les produits du terroir, les visites des centres-villes en gyropodes et la découverte de domaines viticoles. Nous proposons une bonne quinzaine de circuits qui passent par Nîmes, Montpellier et Carcassonne, mais également Uzès, et Collioure, depuis peu. La clientèle chinoise cherche l'authenticité, les hôtels de charme, les villages typiques, la gastronomie locale même s'ils ont parfois un peu peur de nos habitudes culinaires. Ce sont des visiteurs exigeants, qui négocient beaucoup avant de venir, mais qui dépensent également plus que les autres sur place. Et c'est une clientèle qui vient beaucoup au printemps et à l'automne, ce qui permet d'allonger la saison pour les professionnels. »

+ d'infos

Le site de l'agence Lou Gard Tour http://www.lou-gard-tour.com/