PORTS

Trois plates-formes sous la bannière Sud de France

Propriétaire des ports de Sète-Frontignan et Port-la-Nouvelle, la Région investit massivement dans leur modernisation pour favoriser la croissance économique et l’emploi.

Depuis 2007, la Région est propriétaire des deux principaux ports maritimes du Languedoc-Roussillon : Sète-Frontignan et Port-la-Nouvelle. Sète, aux activités diversifiées, est le 10e port de commerce français et le 1er port de passagers vers le Maroc. Port La Nouvelle, 18e port de commerce national, est spécialisé dans les céréales et les produits pétroliers. La Région a choisi de favoriser la complémentarité entre ces deux ports et celui de Port-Vendres, propriété du département des Pyrénées-Orientales. Ces trois plateformes ont reçu la marque "Ports Sud de France" pour une plus grande visibilité. "L’existence de trois ports permet de mailler le territoire et de proposer une offre diversifiée, indique le conseiller régional délégué aux ports. Nous devons utiliser les atouts de chacun. Port-Vendres est bien placé pour les fruits et légumes et a une carte à jouer avec les croisières. Port-la-Nouvelle a de grands espaces et pourra bénéficier du développement de l’éolien offshore. Sète se distingue par polyvalence et son intermodalité."
La Région a décidé d’investir massivement dans la modernisation de ses deux outils. A Sète, elle a lancé un programme de 300 millions d’euros sur dix ans. Parmi les principaux chantiers engagés figure la transformation du pôle passagers et la création d’un nouveau quai, qui donnera à Sète la possibilité de recevoir les grands porte-containers. "Le port de Sète est un joyau que nous apportons à la future grande région", a souligné le président de la Région qui a inauguré le 27 mai le môle Masselin, réhabilité et adapté à l’accueil des grands navires de croisière.
À Port-la-Nouvelle, la Région a décidé d’agrandir le port pour lui permettre d’accueillir des navires de grande taille. Le projet, chiffré à 400 millions d’euros, prévoit aussi l’aménagement de terre-pleins pour y installer des activités portuaires et logistiques.
Ces investissements visent à favoriser la croissance économique et l’emploi. Une étude réalisée à Sète en 2011 a montré que le port représentait 1 350 emplois directs et autant d’emplois induits. Les retombées locales générées par le port de commerce étaient estimées à 238 millions d’euros.

+ d’infos :

www.sete.port.fr
www.port-la-nouvelle.com

En vidéo : modernisation de la zone d'activités du port de Sète-Frontignan

Une filière aquacole en plein essor

Le Port de Sète Sud de France est le premier port de pêche en Méditerranée. La Région a entrepris de réaménager entièrement la zone portuaire de Frontignan dédiée à l’aquaculture et à la transformation du poisson. Près de 6 millions d’euros ont été engagés pour requalifier et moderniser ce site de 17 hectares qui accueille une quinzaine d’entreprises, employant 150 personnes et réalisant plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Parmi elles figurent des pépites comme Médithau, 1ère entreprise conchylicole régionale, Les Poissons du Soleil, pionniers en matière d’élevage de poissons marins en Méditerranée, ou Médi Pêche (traitement du thon), logée dans l’hôtel d’entreprises Simyra, créé par la Région pour les entreprises des produits de la mer.