Le top 5 des métiers qui recrutent (5/5)

Formation et apprentissage

09/12/2015 12:06

La Région s’attache à valoriser les métiers porteurs d'emploi auprès des jeunes et leurs familles, des demandeurs d'emploi et des salariés en recherche de mobilité professionnelle. Elle fournit sur les métiers, une information concrète, construite avec l’Onisep Languedoc-Roussillon. Objectif : donner l'envie d'aller vers des métiers souvent méconnus ou bénéficiant d'une mauvaise image de marque. Cinquième gros plan de cette série sur les métiers qui recrutent : infirmier-infirmière.

L'infirmier soigne les malades et veille à leur bien-être. Ce métier à haute responsabilité exige rigueur, vigilance et technicité. À l'hôpital, en entreprise ou en libéral, toutes les formules offrent d'excellents débouchés professionnels.

Le secteur en Languedoc-Roussillon

La profession bénéficie de conditions d'emploi favorables. En effet, dans les cinq premières années d'exercice, le taux de chômage est l'un des plus faibles de toutes les formations de même niveau. Près de la moitié des infirmiers nouvellement diplômés exercent dans un service public. 90 % d'entre eux sont... des infirmières.

Compétences et qualités

Le sens du dialogue
Au sein de l'hôpital, l'infirmier est un maillon important de l'équipe médicale, car il a aussi une fonction d'observation et de dialogue avec le patient. Il recueille des informations pour une prise en charge adaptée. Cela lui permet d'être à l'écoute, de rencontrer les familles, d'assurer un accompagnement et un soutien psychologique.
Une santé de fer
Un bon équilibre et une grande résistance physique sont indispensables. Par ailleurs, la capacité à s'organiser et à analyser rapidement une situation sont des atouts pour s'épanouir dans ce métier. Sur le plan psychologique, la maturité et la capacité à prendre du recul permettent de côtoyer la maladie et la mort en se préservant le mieux possible sur le plan personnel.
Une vigilance élevée
L'infirmier doit savoir interpeller le médecin lorsqu'il identifie une anomalie ou une prescription atypique, afin d'en obtenir confirmation. Cela constitue une des difficultés majeures de la profession. Il doit être en mesure de comprendre chaque prescription pour en déterminer les risques et les surveillances. Ce diagnostic infirmier est complémentaire du diagnostic médical.

Accès au métier

Le diplôme d'État d'infirmier est désormais reconnu au niveau bac + 3. Les auxiliaires de puériculture et les aides-soignants justifiant de trois ans d'expérience peuvent se présenter à un examen d'admission spécifique et bénéficier d'une dispense de certaines unités de formation.

+ d’infos

Le site Me former en région

Le site d’Atouts Métiers LR

Le site Onisep / Région / Midi Libre 

 

 

 

 

 

Les 4 dernières actualités "Formation et apprentissage"